SCHOOL | Pourquoi j'ai décidé de m'orienter en école de commerce après 5 ans de droit ?


4 min lu
27 Mar

Pour les personnes me suivant déjà, vous savez que j'effectue en ce moment ma cinquième et dernière année à la Faculté de Droit d'Aix-en-Provence, en Master 2 Droit des Médias Electroniques. J'ai décidé, fin 2019, d'envoyer ma candidature en école de commerce, à Kedge Business School, pour intégrer la deuxième et dernière année du Master of Science Marketing Digital and Sales

Je n'étais absolument pas confiante, d'abord parce qu'il s'agit d'une sélection sur dossier : sont pris en compte les résultats scolaires, le dernier diplôme obtenu (on ne peut intégrer la formation qu'à partir de Bac +4), le CV et le score obtenu au test TOIEC. Il faut également répondre à 5 questions spécifiques sur notre motivation à intégrer cette formation. 

De plus, c'est un programme 100% en anglais, et je n'en ai quasiment pas fait depuis le bac (je ne considère pas que les 1h par semaine sur environ 3 mois dans l'année à la fac comptent vraiment...). 


Pour vous exposer les faits dans un ordre chronologique...

Mi-décembre, lors d'une soirée portes ouvertes à KEDGE avec mon petit frère, je décide de questionner les intervenants sur un éventuel Master en Marketing Digital, en leur exposant rapidement mon profil et mes motivations. Je ressors avec la brochure du MSc Marketing Digital and Sales (Marseille) et celle du MSc Marketing Digital and Data (Paris). J'élimine rapidement celui de Paris, non pas parce qu'il n'est pas intéressant, mais parce que je n'ai pas envie d'assurer la fin d'année de Master 2 à la fac sur les chapeaux de roue : partiels, mémoire, stage, soutenances...(tout cela jusqu'en septembre) et, en même temps, faire des allers-retours à la capitale pour me trouver un logement et une alternance (car celui de Paris se fait en alternance, s'il y a des personnes intéressées par ce programme, c'est ici). 

Ma candidature a pris du temps, car même si mon dossier était complet, je devais passer le TOIEC, examen non prévu dans le cursus normal de la fac : il faut s'y inscrire volontairement et il n'y a que 2 ou 3 dates sur l'année. J'avais donc une date d'examen fixée au 14 mars et un bouquin énorme à gober en quelques semaines (qui s'appelle la Bible du TOIEC d'ailleurs, très bien et très complet si certains d'entre vous veulent le passer, je vous mets le lien ici). 

Finalement, à cause du Covid-19, mon dossier a été envoyé avec un certificat d'annulation de la session TOIEC (de quoi me rendre encore moins confiante). Mon dossier "papier" a quand même été accepté, puisque moins de 3 jours après, j'accédais à la deuxième et dernière étape de sélection : le rdv de motivation via Skype (en anglais toujours, bien sûr). Quelques heures seulement après ce rdv, je recevais un mail m'annonçant que j'étais admise ! Bon, certainement pas grâce à mon niveau d'anglais, en péril depuis le bac, mais sans doute grâce à l'exposition de mon profil personnel et scolaire, de mes compétences acquises grâce à YouTube et de mon projet professionnel. 

Tips pour les personnes qui souhaitent candidater en école de commerce : il est très important de délimiter et exposer à votre interlocuteur avec précision l'importance de l'intégration du cursus dans votre projet professionnel.  Il faut démontrer pourquoi c'est si important et fondamental pour vous d'entrer dans cette école


Je vais maintenant répondre aux questions qui m'ont été le plus posées depuis hier sur mon Instagram, quand j'ai annoncé ma spécialisation. 


Pourquoi ai-je fait ce choix ?

Vous vous en souvenez peut-être : j'arrive d'un Master 1 Droit privé et sciences criminelles, je ne suis ensuite admise dans aucun de mes 3 voeux de Master 2 spécialisant en Droit pénal. Je prépare le CRFPA option Droit pénal, mais en parallèle de cette année de labeur terrible (j'en ai fait une vidéo d'ailleurs), je tente à nouveau les admissions en Master 2, en bannissant les choix relatifs au pénal. Je suis admise en Master 2 Droit des médias électroniques, voeu que j'ai fait en fonction de mes hobbies : YouTube, la publicité digitale, le e-commerce et les réseaux sociaux. Cette année a sans doute été la meilleure année scolaire de ma vie (pourquoi je parle au passé? Il me reste encore 100 pages de mémoire à rédiger !!!), puisque j'ai enfin étudié une matière qui me parle, m'est utile et m'intéresse dans ma vie de tous les jours. Cela m'a permis de façonner de manière plus professionnelle mes objectifs.

Parenthèse pour les abonnés qui me demandent régulièrement s'il est possible d'avoir un Master 2 d'un parcours différent de son Master 1 : OUI, j'en suis la preuve ! C'est très enrichissant, et cela peut être valorisé sur un CV. 


Dans cette continuité, je décide de postuler à des offres de stage (stage obligatoire dans ma formation du Master 2 DME) dans le domaine du marketing digital. Si mon profil plaît aux recruteurs grâce à la monétisation de ma chaîne YouTube, mon profil Instagram très actif, mon statut d'entrepreneure et mes compétences dans ces domaines-là, le problème est que je ne sors pas d'une école de commerce. Je n'ai donc "que" des connaissances pratiques certes, mais partielles par rapport à un étudiant qui se serait spécialisé dans ce domaine lors de sa formation. En plus, je suis frustrée qu'on ne prenne, pour ainsi dire, pas en compte mon parcours scolaire, mais seulement ma maîtrise des réseaux sociaux et de la publicité en ligne. Je dirais que c'est vraiment à ce moment-là que je me suis rendue compte à quel point il était important sur le plan professionnel, et intéressant sur le plan personnel pour moi de faire un Master spécialisant en Marketing digital. 

Vous connaissez maintenant la suite de l'histoire et des démarches que j'ai entamées ensuite. 


Est-ce que je sais quel métier je veux faire maintenant ?

Non. Et je ne peux pas me prononcer avant même le début de la formation. Je sais que je vais découvrir de toutes nouvelles choses, de nouveaux enseignements, car ce qui est sûr, c'est que la fac de droit et l'école de commerce sont des cursus bien différents en tous points. 

Comme exposé, le but de faire ce Master spécialisant, complémentaire, c'est de n'avoir aucune faille, aucun "blanc" sur mon CV lorsque je l'enverrais à des recruteurs. Je veux pouvoir proposer le maximum de mes capacités et de mes compétences. 


Est-ce que je renonce définitivement à devenir avocate ? 

Je ne peux pas répondre avec certitude à cette question. Evidemment, à l'heure d'aujourd'hui, devenir avocate n'est plus ma priorité, ou du moins mon projet n°1. J'avais prévu de (re)passer le CRFPA cet été, mais avec un mémoire à rendre fin août et une rentrée à KEDGE en septembre, cela n'a pas de logique et de réel intérêt, enfin pas dans l'immédiat. Cependant, ce n'est pas parce que mes études se dirigent maintenant vers une formation de marketing digital en école de commerce que je laisse tomber cette idée. 

Disons qu'à ce moment précis, c'est simplement remis à plus tard, et ce projet sera mis à jour en fonction des perspectives de carrière offertes par cette nouvelle orientation.


Pour conclure...

J'ai envie de dire à toutes les personnes qui me suivent et qui sont en droit ou dans d'autres cursus : orientez-vous, ré-orientez-vous, faites vos choix en fonction de ce qui vous anime et vous intéresse dans votre vie quotidienne ! On a tous le droit de changer d'avis, de découvrir de nouvelles perspectives, de s'interroger sur ce que l'on veut vraiment faire.

Bien sûr, on a tous envie d'entrer dans le monde du travail, mais le bagage que l'on a derrière nous et que l'on présente aux recruteurs est fondamental. Il faut prendre le temps de le bâtir et le façonner en fonction de notre personnalité. 



Merci aux personnes qui ont lu ce long article jusqu'au bout, prenez bien soin de vous et à très vite ! ♡ 


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.