ALIMENTATION | Changer mes habitudes alimentaires: Pourquoi suis-je passée à l’acte?


9 min lu
08 May

Il y a deux semaines, je vous partageais sur ma chaîne YouTube tous mes conseils et astuces pour modifier votre alimentation et la rendre plus saine, avec des produits et des aliments plus transparents et respectueux de votre santé. D’ailleurs, si vous ne l’avez pas encore vue, je vous invite à la visionner ici

En complément, j’ai jugé bon de vous proposer aujourd’hui, en collaboration avec @tousmarketes, un article dans lequel je vous explique les raisons de ce changement, comment et pourquoi je suis désormais convaincue qu’adopter un régime alimentaire plus sain (mais sans aucune privation, j’aime trop manger) est fondamental en tout point.

Petit disclaimer avant de commencer : je suis un régime omnivore depuis toujours, je n’ai aucune allergie aux aliments et je ne suis pas gluten-free. Je prodigue donc ici des informations sur un régime alimentaire général, qu’il faudra adopter en fonction de votre profil et de votre santé ! Je ne suis pas non plus nutritionniste, je parle ici simplement de mon expérience et de ce que j'ai pu apprendre en faisant des recherches par moi-même. Ces recherches sont accessibles à tout le monde car c'est une préoccupation de plus en plus actuelle, je vous invite donc à faire également les vôtres afin de fonder votre avis. 


Pour commencer, j’ai toujours veillé à ne pas trop consommer de produits industriels, ni chez mes parents, ni par la suite dans ma vie d’étudiante. J’entends par là un aliment conditionné et transformé par l'industrie agroalimentaire à partir de produits agricoles comme les aliments simples (viande, légumes…), mais aussi d'additifs alimentaires et d'auxiliaires technologiques. Je me suis toujours mise à l’abri de ce genre d’infamie pour le corps et l’estomac, tant les produits transformés et « tous-faits » sont dangereux pour l’organisme. J’ai toujours cuisiné moi-même mes plats (aussi simples soient-ils), et mes sauces (oui oui, il faut bannir la sauce carbonara toute-faite et acheter soi-même les ingrédients !!!).  

Cependant, cela ne m’a pas empêchée de faire quelques petites erreurs pendant de nombreuses années, erreurs qui sont très faciles à corriger, mais à condition de savoir comment le faire et pourquoi le faire. 


La consommation de sucre

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande un apport maximal en sucres rapides équivalant à 5% des calories quotidiennes. Avec un apport quotidien de 2 000 calories (kcal), cela correspond ainsi à une quantité de 25 grammes (environ 6 cuillères à café ou environ 100 g de céréales industrielles au chocolat par exemple)

Et parce que vous croyez que le sucre n’est présent que dans les desserts, le chocolat, les céréales, les pop-corns, bref dans les produits catégorisés « sucrés », vous avez tort ! Après avoir regardé la vidéo de Sleeping Beauty sur « Comment arrêter le sucre », j’ai constaté à quel point la plupart des aliments de notre consommation quotidienne étaient bourrés de sucres ajoutés, non nécessaires et même néfastes pour notre corps. A titre d’exemple, le plus connu reste celui de la dose de sucre comprise dans une bouteille de coca : 

Cependant, je trouve que c’est un exemple assez stéréotype, et certains d’entre vous, dont je fais partie, ne boivent pas de sodas et se sentiront donc épargnés. Alors, prenons l’exemple d’un bocal de compote Andros (très bien noté sur Yuka par ailleurs, j’en consomme régulièrement), ou d’un yaourt nature tout simple (bio en plus). Si l’on peut penser que ce sont des aliments sains, ce n’est pas réellement vrai, et je vous invite à visionner les photos ci-dessous pour vous en rendre compte. 

@sucrezvosfraises

@sucrezvosfraises

J'ai récupéré ces images sur le Instagram de @sucrezvosfraises, que je vous invite d'ailleurs à suivre si vous souhaitez découvrir les doses de sucre insoupçonnées qui se cachent derrière nos aliments du quotidien. 

Vous l’aurez compris, lorsque vous consommez un produit que je vous jugez "banal", "sain", il est presque inévitable d’être très au-dessus de votre consommation conseillée de sucre par jour. Attention, je ne prône pas le contrôle excessif des calories, du sucre et de ce que l’on mange en général dans la journée : je vous invite simplement la vigilance ! Il est important de se faire plaisir, et de consommer de temps en temps ce qui nous fait plaisir. Cependant, le maître mot reste celui de la modération

Et la tentation me direz-vous ? Petit tips : si vous n’achetez pas tel ou tel produit gras/trop sucré/trop salé, vous ne serez pas tentés de le consommer chez vous ! 


Si, à ce stade de la lecture, vous ne pensez qu’aux sodas ou aux bonbons en vous disant « oui c’est vrai, je pourrais les bannir », sachez que le sucre ajouté est également présent dans de nombreux autres aliments que l’on ne soupçonne pas forcément. A titre d’exemple, une boisson à l’apparence saine, mais assez trompeuse : le jus de fruits. Je parle bien de celui que vous achetez en grande surface, qui promet sur le packaging une composition saine, « sans sucres ajoutés », etc. Cependant, si l’on se penche un peu plus sur la composition, on découvre qu’il contient des sucres très rapidement consommés, et qui n’apportent que de l’énergie sur le court terme, sans durer. Vous serez donc très en forme après avoir bu un verre, mais cela redescendra rapidement et vous ne serez plus très productif le reste de la matinée, et même plus fatigué ensuite qu’avant de le consommer. 

C’est pour ces raisons-là que je préfère réaliser moi-même mes propres jus, avec des fruits de saison et que je choisis chez mon primeur, en les mixant dans un blender. J’y ajoute parfois du lait d’amande, de noisette ou du soja vanille. Je vous propose d’ailleurs régulièrement des idées rapides et faciles de smoothies et de jus dans mes stories Instagram

@gabriellejosephinea

Vous l’aurez compris, si je consomme aujourd’hui encore du sucre, je le consomme différemment : avec des fruits secs, de la cassonade dans mes recettes plutôt que du sucre blanc, des fruits (naturellement riches en sucres) et avec du lait végétal sucré (comme le soja vanille, un régal au goûter). 


La qualité des aliments 

Je l’évoquais plus haut, j’essaie toujours de ne consommer aucun produit transformé, industriel. La pizza Sodebo toute prête que vous propose votre supermarché me donne la nausée, tellement elle serait meilleure préparée par vos soins, tant pour vos papilles que votre estomac. Mais voilà, on va souvent à la facilité : au lieu de simplement remarquer qu’il suffirait d’acheter une pâte à pizza (bio de préférence, ou même, que l'on fait nous-même), de la sauce tomate et la garniture que l’on souhaite, on allume son micro-ondes et on réchauffe cette pizza qui aura un goût de plastique. 

Toutefois, le mieux est l’ennemi du bien : vous pouvez quand même vous laisser aller à un petit plaisir de temps en temps, en achetant par exemple votre mousse au chocolat préférée, déjà préparée par la marque. Mais dans ce cas, on jette quand même un coup d’oeil à la composition et aux ingrédients contenus dans le produit que vous vous apprêtez à acheter. 

Sachez que plus il y a d’ingrédients, moins le produit sera de bonne qualité. 


Alors, comment faire des choix sains au supermarché, quand notre seule préoccupation est d’en sortir le plus rapidement possible ?


Votre nouveau meilleur ami : l’indicateur « nutri-score »

Je vous en parlais sur YouTube : vous avez dû en entendre parler, le nutri-score est maintenant précisé dans quelques publicités télévisées. Enfin démocratisé, il s’agit d’un indicateur situé sur l’avant du packaging du produit, qui vous permet de déterminer la qualité nutritionnelle de celui-ci. Il est basé sur une échelle de 5 couleurs, du vert foncé au rouge ; il est associé à des lettres allant de A à E afin d’optimiser son accessibilité et sa compréhension par le consommateur. 

Ce petit indicateur est aujourd'hui inscrit sur la plupart des produits vendus en supermarchés : tous les aliments transformés, mis à part les herbes aromatiques, thés, cafés, levures… Il ne me semble pas en avoir vu non plus sur les tablettes de chocolat par exemple. Enfin, il est également sur toutes les boissons, sauf les boissons alcoolisées.

Pour ma part, je fais attention à cela depuis quelques mois, et je n’achète plus aucun produit en dessous du score « B »


Des choix simples et l’adoption de nouvelles habitudes 

Le confinement m’a permis d’adopter encore plus de bonnes habitudes alimentaires, comme celle par exemple de privilégier les fruits et légumes de saison. J’étais habituée à choisir mes fruits et légumes en fonction de ce que proposait mon supermarché, sans réellement me poser de questions. Or, la plupart d’entre eux ne sont pas produits en France, et font souvent un très long chemin jusqu’à nos rayons en traversant le globe. J’ai donc séparé mes courses alimentaires de supermarché de mes courses de fruits et légumes, en allant 1 à 2 fois par semaine chez mon primeur. 

De plus, les fruits et légumes proposés dans les grandes surfaces ne sont pas toujours « de saison » : avez-vous remarqué que chaque année, les fraises arrivent plus tôt dans les rayons ? Pour contrer cela, il s’agit de se tenir informé des fruits et des légumes que nous pouvons consommer en fonction de la période. Pour cela, quelques comptes Instagram spécialisés et applications (« F&L de saison ») recensent cela. D’ailleurs, même Marion Cotillard s’y est mise et partage régulièrement ces informations.

Sur l'application F&L de saison, vous avez même accès aux fromages, viandes et poissons de saison ! 

Je ne vous cache pas qu’acheter mes fruits et légumes chez le primeur engendre un coût supérieur, mais je préfère privilégier la qualité plutôt que de garder quelques euros en poche. En plus de faire vivre les petits commerçants de votre quartier, votre organisme vous en remerciera ! 


Enfin, je favorise plus que tout le label « Bio », apposé sur certains produits ou consacré dans certains rayons du supermarché (je n’ai pas encore franchi l’étape de faire 100% de mes courses en magasin bio). Si vous avez encore du mal à sauter le pas, par conviction ou simplement pour votre budget, je vous recommande, à minima, d’acheter au moins 2 produits le mentionnant : les oeufs et le lait


Tous ces changements doivent être progressifs, il est très complexe de changer ses habitudes et son alimentation en un claquement de doigts. Pour ma part, cela a pris du temps, le temps nécessaire pour que je sache concrètement quoi acheter, pourquoi le faire et comment le faire. Alors, pas de pression, prenez les renseignements nécessaires par les moyens que vous voulez (documentaires, vidéos YouTube, retour d’expériences de vos proches…), faites-vous votre propre avis et écoutez votre corps


J’espère que ce nouvel article de ma collaboration avec @tousmarketes vous aura plus, je vous invite d’ailleurs à faire un tour sur son Instagram pour découvrir son analyse sur le sujet de l’alimentation ! 


Merci d’avoir lu en intégralité cet article, à très vite prenez soin de vous ! 


Article rédigé dans le cadre de ma collaboration avec @tousmarketes

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.